`` Rémunération et pouvoir d'achat : les propositions de la CFTC
Suivez-nous

Rémunération et pouvoir d’achat

  • Partage
  • Pour une rémunération négociée au sein de l’entreprise fruit d’un partage équitable de la valeur ajoutée
  • Pour une application du Smic, par l’État, partout afin de permettre à tout un chacun de vivre dignement
  • Pour une protection, par l’État, des salariés travaillant dans les entreprises en difficulté

Accroître les salaires pour vivre dignement

  • – Systématiquement privilégier les augmentations de salaire aux distributions de primes exceptionnelles :  une entreprise ayant recours à l’octroi de primes deux années consécutives, en lieu et place d’une revalorisation des salaires, devra prévoir des mesures de hausse de la grille salariale l’année suivante, sauf en cas de difficultés économiques avérées.
  •  
  • Mettre en place une règle établissant un écart maximal entre les bas et les hauts salaires au sein de l’entreprise. La définition de cet écart doit faire l’objet d’une négociation entre partenaires sociaux.
  •  
  • Accompagner chaque accord d’épargne salariale d’une politique volontariste d’accroissement des salaires.
  •  
  • Réviser les grilles de classifications pour les métiers dits de « première et seconde ligne » généralement sous rémunérés malgré une forte utilité sociale. 

 

Partager de façon plus juste la valeur créée au sein de l’entreprise

Abaisser le seuil rendant obligatoire la mise en place de la participation au sein de l’entreprise à 11 salariés (au lieu de 50 aujourd’hui) afin de partager plus largement les bénéfices.

 

Accorder un coup de pouce au Smic et le faire appliquer dans toutes les branches

  • Accorder un réel « coup de pouce » à la revalorisation du Smic afin de garantir la dignité des travailleurs :  le Smic ne peut continuellement courir après l’inflation sans aggraver la fracture sociale de notre pays et fragiliser sa cohésion.
  •  
  • Appliquer automatiquement des sanctions pour non-conformité aux branches.
  •  
  • Majorer automatiquement les minimas de branche avec la revalorisation du Smic.
  •  
  • Conditionner les aides publiques à la conformité des branches au Smic depuis deux ans.

 

Améliorer la gouvernance au sein des entreprises pour peser sur les décisions

Établir un contre-pouvoir raisonnable conseillant au mieux les dirigeants opérationnels, dans un collectif de travail cohérent, solide, critique mais solidaire.

Il est indispensable d’augmenter le nombre de représentants des salariés dans les conseils d’administration.

 

Accroître les salaires

Limiter les écarts de rémunération

Participation obligatoire dans les entreprises de 11 salariés et +

10 ans depuis le dernier coup de pouce au Smic

Mise en conformité automatique au Smic des branches

Actualités, ressources, ne manquez rien abonnez-vous à notre newsletter

Actualités, ressources, ne manquez rien…

Abonnez-vous à la newsletter !