L’apprentissage : une voie d’excellence

L’apprentissage : une voie d’excellence

Partager

Jeudi 5 novembre 2020
Apprentissage

Si vous avez moins de 30 ans, vous pouvez vous former par l’apprentissage. Celui-ci a connu un grand succès en 2019, après avoir été réformé en septembre 2018.

Depuis la crise du Covid-19, il est assorti, en outre, d’aides spécifiques, à la fois pour les employeurs et pour les apprentis. C’est l’occasion de vous présenter ce mode de formation qui a le vent en poupe !

Vous souhaitez préparer un diplôme, du CAP au bac+5, en alternant théorie et pratique ? Si vous avez moins de 30 ans, l’apprentissage est une option ! En tant qu’apprenti, vous préparez un diplôme tout en vous insérant dans le monde du travail. Vous touchez un salaire et avez les mêmes droits que les autres salariés (protection sociale, etc.). Et vous bénéficiez des avantages de la carte d’étudiant des métiers et des aides pour passer le permis de conduire et vous loger. 

Afin d’améliorer l’insertion professionnelle des jeunes, la loi Avenir professionnel du 5 septembre 2018 a repoussé l’âge limite d’entrée en apprentissage de 25 ans à 29 ans révolus. La CFTC, consultée avant la rédaction de cette loi, avait défendu le principe d’un nouveau statut de l’apprenti.

De plus, le Gouvernement a pris des mesures en faveur des formations en alternance dans le cadre de son plan de relance post-Covid-19. Le but est de faciliter l’insertion professionnelle des jeunes dans cette période de crise.

Il s’agit d’une aide exceptionnelle accordée aux entreprises pour recruter un alternant (du 1er juillet 2020 au 28 février 2021) :

  • 5.000 € pour un jeune de moins de 18 ans,
  • 8.000 € pour un jeune d’au moins 18 ans.

En outre, si vous êtes un jeune de 16 à 25 ans, le Gouvernement vous garantit de recevoir au moins une proposition d’apprentissage si vous en faites le vœu sur Affelnet ou Parcoursup. 

Autre nouveauté : jusqu’au 31 décembre, vous avez jusqu’à six mois après le début des cours en CFA pour trouver une entreprise.

Enfin, vous pourrez bénéficier d’une aide de 500 euros maximum pour l’achat d’un ordinateur portable.

LIRE AUSSI : « 1 jeune, 1 solution », le plan du gouvernement pour les 16-25 ans

L’apprentissage : quel est le principe ?

C’est un mode de formation en alternance. Tantôt vous suivez des cours théoriques en Centre de formation d’apprentis (CFA). Tantôt vous suivez un enseignement pratique chez un employeur (entreprise, association, administration…). Celui-ci désigne un maître d’apprentissage, qui va vous dispenser les enseignements pratiques et suivre votre évolution.

Vous devez donc à la fois vous inscrire dans un CFA et signer un contrat de travail avec un employeur : un CDD ou un CDI. En contrepartie, vous touchez une paye. Ainsi, vous êtes à la fois étudiant et salarié.  À la fin de votre apprentissage, et après avoir réussi votre examen, vous obtenez un diplôme ou un titre professionnel inscrit au RNCP.

Si vous restez dans l’entreprise à l’issue de votre contrat d’apprentissage (en signant un CDD, un CDI ou un contrat d’intérim), votre ancienneté dans l’entreprise sera prise en compte dans le calcul de votre salaire et vous serez dispensé de période d’essai. 

À quelles conditions pouvez-vous devenir apprenti ?

Vous devez avoir entre 16 et 30 ans. Plus précisément, vous ne devez pas avoir plus de 29 ans révolus au moment de votre inscription. 

Exceptions ! Vous pouvez commencer votre apprentissage :

  • à l’âge de 15 ans si vous avez terminé votre année de troisième et que vous atteignez l’âge de 16 ans entre la rentrée et le 31 décembre ;
  • à l’âge de 31 ans si vous êtes déjà en apprentissage et que vous signez un nouveau contrat pour obtenir un diplôme supérieur, ou si vous avez signé un premier contrat qui a été rompu indépendamment de votre volonté ;
  • sans limite d’âge si vous êtes travailleur handicapé ou si vous visez un diplôme qui vous permettra de créer ou reprendre une entreprise.

Comment commencer son apprentissage ?

La première chose à faire est de trouver un employeur puis de signer avec lui un contrat de travail. Ensuite, l’entrée en CFA peut commencer dans les six mois qui précèdent ou suivent le début du contrat (contre trois mois avant le plan de relance post-Covid-19). 

Dans les deux mois qui suivent la signature de votre contrat, vous allez passer un entretien d’évaluation, avec votre employeur, votre maître d’apprentissage, un formateur du CFA, voire vos parents (ou votre tuteur) si vous êtes mineur.

À quoi ressemble votre contrat d’apprentissage ?

Un contrat d’apprentissage est signé pour une durée de six mois à trois ans.

Il doit obligatoirement mentionner : 

  • le nom et la qualification de votre maître d’apprentissage ;
  • votre salaire ;
  • la formation que vous suivez ;
  • la convention collective dont vous bénéficiez ;
  • les conditions de sécurité dans lesquelles vous allez travailler ;
  • votre signature (ou celle de vos parents si vous êtes mineur) et celle de votre employeur. 

Le contrat peut être prolongé d’un an maximum pour vous permettre de redoubler une année (notamment si vous échouez à votre examen), de vous réorienter ou de suivre une formation complémentaire.

Il peut aussi être résilié :

  • par l’employeur ou par vous-même dans les 45 premiers jours de votre apprentissage pratique en entreprise ;
  • d’un commun accord entre votre employeur et vous à n’importe quel moment ;
  • à votre initiative en saisissant le médiateur ;
  • si vous obtenez votre diplôme plus tôt que prévu (n’oubliez pas de prévenir votre employeur à l’avance).

À noter :

  • Votre contrat peut prendre fin un an plus tôt si vous optez en cours de route pour un CAP alors que vous aviez annoncé préparer un bac professionnel.
  • Vous pouvez être licencié pour faute grave par votre employeur en cas de manquement répété à vos obligations (assiduité, comportement, etc.), en cas d’inaptitude ou si vous avez été exclu de votre CFA.

À quel rythme allez-vous travailler ?

L’alternance entre le temps passé en CFA et le temps passé en entreprise varie en fonction de la formation. Vous pourrez par exemple passer deux jours en CFA, suivis de trois jours en entreprise. Ou bien un mois en CFA suivi d’un mois en entreprise. Etc.

Côté CFA, la formation comprend au minimum 400 heures de cours par an. À titre d’exemple, il faut compter au moins 1350 heures de cours sur deux ans pour préparer un BTS.

Côté entreprise, vous allez en principe travailler 35 heures par semaine. Cependant, vous pourrez éventuellement effectuer des heures supplémentaires, mais pas plus de 220 heures par an.

Attention ! Si vous avez moins de 18 ans, votre employeur doit respecter certaines règles à votre égard, concernant le temps de travail :

  • deux jours de repos consécutifs par semaine obligatoires ;
  • pas de travail de nuit (22 heures à 6 heures du matin, ou 20 heures à 6 heures du matin si vous avez moins de 16 ans) ;
  • Pas plus de 8 heures de travail par jour (sauf dérogation de l’inspecteur du travail après avis du médecin du travail, et en tout cas pas plus de 40 heures de travail  par semaine) ;
  • pas plus de 4h30 de travail consécutives, obligatoirement suivies d’une pause de 30 minutes consécutives ;
  • pas de travail les jours de fête.

Quel que soit votre âge, vous avez droit aux congés suivants :

  • cinq semaines de congés payés par an (votre employeur peut vous imposer les dates) ;
  • cinq jours ouvrables de congés payés (en plus des cinq semaines) pour préparer des examens, au cours du mois qui les précède (fractionnables dans l’enseignement supérieur) ;
  • congé maternité ou congé paternité ;
  • jusqu’à 30 jours ouvrables de congés sans solde si vous avez moins de 21 ans, et à condition que votre employeur vous les accorde.

Combien allez-vous gagner ?

Le montant de votre salaire sera un pourcentage du Smic en fonction de votre âge et augmentera chaque année.

De plus, vous aurez la possibilité d’effectuer un an d’apprentissage à l’étranger, dans le cadre du programme communautaire Erasmus Pro.

Salaire mensuel brut minimum d’un apprenti, en pourcentage du Smic

Situation 16-17 ans 18-20 ans 21-25 ans 26 ans et plus
1ère année 27 % 43 % 53 % 100 %
2e année 39 % 51 % 61 % 100 %
3e année 55 % 67 % 78 % 100 %

À noter :

  • Vous pourrez éventuellement percevoir un salaire supérieur aux montants ci-dessus si votre convention collective le prévoit.
  • En revanche, une partie de votre salaire (75 % maximum) peut éventuellement être retenue en contrepartie d’avantages en nature (nourriture ou logement). 

Mais vous bénéficiez de certains avantages fiscaux :

  • Jusqu’à 1217 euros de salaire, vous êtes exonéré de cotisation salariale.
  • Quel que soit votre salaire, vous êtes exonéré de CRDS et de CSG.
  • Jusqu’au Smic, vous êtes exonéré d’impôt sur le revenu. 

Enfin, votre abonnement aux transports en commun est pris en charge à 50% (comme pour tous les salariés).

Vous avez les mêmes droits que tous les salariés :

  • la sécurité sociale (régime du pays d’accueil en cas d’année à l’étranger sous statut salarié) ;
  • la médecine du travail (une visite médicale d’embauche est obligatoire dans les deux mois suivant l’embauche) ;
  • le droit de voter aux élections professionnelles ;
  • la protection de l’inspection du travail.

Vous bénéficiez d’aides réservées aux apprentis

  • La carte d’étudiant des métiers vous sera délivrée dans les 30 jours suivant votre inscription. Elle sera valable pendant toute la durée de votre contrat. Elle vous donnera droit aux mêmes réductions que la carte d’étudiant classique, dans les restaurants et hébergements universitaires, théâtres, cinémas, associations sportives, etc.
  • Une aide de 500 euros pour passer votre permis de conduire.
  • Des aides Action Logement pour vous loger : garantie Visale, aide Mobili-Jeune et avance Loca-Pass.

 

Laurent Barberon