Le dialogue social : un levier de la qualité de vie au travail

Le dialogue social : un levier de la qualité de vie au travail

Partager

Mardi 9 avril 2019
Santé au travail

La CFTC milite depuis de nombreuses années pour un renouvellement profond de la politique sociale de santé au travail par l’intermédiaire du dialogue social. L’un de nos principaux objectifs est de faire de la prévention une priorité, en rupture avec une approche faisant valoir la réparation.

Le dialogue social au sein des instances représentatives du personnel fait vivre la santé au travail dans les entreprises. Il la fait vivre, non seulement par l’accompagnement des salariés en souffrance, mais aussi par la recherche de mesures de prévention primaire.

Développer la culture de prévention dans l’entreprise

La culture de prévention, c’est avant tout une culture du dialogue, qui se décline en promotion de la qualité de vie au travail. Notion complexe et protéiforme, cette dernière est encore trop souvent confondue avec le bien-être, ou le bonheur au travail.

La qualité de vie au travail relève d’une approche systémique, prenant en compte la dimension organisationnelle du travail. Autrement dit, selon cette approche, les troubles psychosociaux sont considérés comme une conséquence de l’organisation du travail. Ils ne sont pas liés à des caractéristiques des individus au travail.

Les salariés ne demandent pas aux entreprises de faire leur bonheur, mais de pouvoir agir concrètement sur ce qui relève de leur champ de compétence, ce sur quoi elles ont prise, à savoir le travail et son organisation.

Reconnaissance de son travail (54%), relations avec ses collègues (52%) ou sa hiérarchie (47%), environnement de travail (44%), tels sont les fondements de la qualité de vie au travail (QVT) pour les salariés.

La QVT, un concept protéiforme

Mais que recouvre la QVT ? Cette notion, difficile à circonscrire, est abondamment reprise dans les communications d’entreprises et les offres des consultants. Parfois de manière simpliste.

En réalité, la QVT englobe un grand nombre des aspects de la vie au travail : l’organisation du travail, les conditions de travail, les moyens techniques, les technologies, le management, les relations entre les services, avec les clients…

Il convient de ne surtout pas confondre la notion de QVT avec la notion de bien-être au travail ou de bonheur au travail (notion éminemment subjective). Ces notions, malgré l’emballement médiatique, relèvent plus de l’accessoire sans apporter de réelles améliorations des conditions de travail (conciergeries, baby-foot ou encore salle de sport).

Les trois dimensions de la QVT

Les conditions d’emploi et de travail

  • l’environnement de travail : lieux de travail, moyens techniques, organisation du travail
  • les conditions d’emploi : développement professionnel (carrière, formation)
  • la conciliation vie privée-vie professionnelle

La capacité d’expression et d’action qui se rapporte à la qualité des relations de travail et en particulier au :

  • soutien managérial : clarté des objectifs, reconnaissance
  • soutien des collectifs : solidarité métier, travail en équipe, échanges sur les pratiques…
  • travail participatif : groupe de résolution de problèmes, débats sur le travail…
  • dialogue social : concertation…

Le contenu du travail, composante majeure, qui intègre :

  • l’autonomie au travail (sentiment de maîtrise) : pouvoir d’agir sur les tâches (rythme, organisation, procédure, choix des moyens, accès aux ressources, outils…)
  • la valeur du travail (sentiment d’utilité) : participation à la mission globale de l’entreprise
  • la valeur du travail est perçue par autrui (client, bénéficiaire, hiérarchie, pair…)
  • l’intérêt du travail (travail apprenant) : possibilité de mobiliser dans son métier un ensemble de compétences (relationnelles, émotionnelles, physiques, cognitives…)
  • le « travail complet » (sentiment de responsabilité) : pouvoir évaluer les effets de son travail par rapport au processus global et aux résultats attendus (piloter sa performance).
Crédit photographique : Bernard Gouédard