Une réflexion conjointe pour édifier un nouveau système de retraite

Une réflexion conjointe pour édifier un nouveau système de retraite

Partager

Jeudi 29 novembre 2018
Réforme des retraites

Jean-Paul Delevoye, haut commissaire à la réforme des retraites, a répondu à l’invitation de la CFTC et a tracé, pour les militants, les premiers contours du projet. Plusieurs experts sont ensuite venus poursuivre la réflexion.

De nombreux militants sont venus, ce 27 novembre, à l’auditorium du Centre Marceau, à Paris. Au cœur de cette rencontre, la réflexion conjointe pour l’édification d’un nouveau système de retraite. « Loin d’être un énième replâtrage, il s’agit de construire un système qui se veut plus clair et plus équitable », précise ainsi Jean-Louis Deroussen, conseiller du président confédéral. Et ce, en dehors de toute urgence liée à un déficit. En prenant le temps de poser les termes du débat auprès des partenaires sociaux comme des citoyens, consultés sur Internet durant cinq mois.

Quel intérêt d’opérer une réforme de plus si le système actuel reste financièrement viable, peut-on légitimement se demander. Et si l’on cessait d’attendre la survenue d’une crise pour agir ? La CFTC ne peut que partager cet avis. D’autant que le système comporte tout de même quelques fragilités, s’appuyant très (trop) sur le taux de natalité et l’inflation. Qu’il essuie une véritable crise de confiance auprès de la population, surtout des jeunes. Et, enfin, qu’il répond mal aux défis actuels (davantage de polypensionnés et de parcours professionnels fragmentés).

Vers quel système s’oriente-t-on ?

Jean-Paul Delevoye se veut rassurant : pas question de toucher à la répartition (les actifs paient les retraites actuelles), ni à l’âge légal de départ à la retraite (62 ans). L’idée est de refondre les 42 régimes qui coexistent aujourd’hui en un seul, à budget constant. Les revenus d’activité seraient pris en compte dans la limite de trois plafonds de la sécurité sociale, soit 120 000 € par an. Les annuités seraient vraisemblablement remplacées par des points, acquis en fonction des cotisations sur l’ensemble de la carrière et au titre de la solidarité.

Bien sûr, beaucoup de questions restent à trancher : faut-il étendre les droits conjugaux, notamment la réversion, aux couples pacsés ? Comment intégrer les primes dans la retraite des fonctionnaires ? Doit-on indexer la valeur du point sur les prix (comme aujourd’hui), les salaires, les deux ? Faut-il convertir les anciens droits et comment ? Quid de l’emploi des seniors, qui reste faible ?
Marco Geraci, de la Cour des comptes, est intervenu pour éclairer ces aspects, plus techniques. Comme le souligne Philippe Louis, les règles techniques sont établies pour servir des objectifs politiques. Et c’est au bien-fondé de ces objectifs que la CFTC veillera, au cours des quelques semaines restantes de concertation. Quant à la gouvernance du futur système, la CFTC rappelle sa légitimité en tant que cogestionnaire avisée de l’Agirc-Arrco.
La retraite n’étant autre qu’un « salaire différé », personne n’est mieux placé que les partenaires sociaux pour en ajuster la mécanique.

Maud Vaillant

Crédit photographique : Bernard Gouédard