“Les parents auraient besoin d’une formation”, Alice, assistante maternelle

“Les parents auraient besoin d’une formation”, Alice, assistante maternelle

Partager

Vendredi 29 janvier 2021
Élections TPE

Les salariés du particulier employeur, eux aussi, s’engagent sous la bannière CFTC pour défendre leurs collègues. C’est le cas d’Alice Navarro, assistante maternelle et candidate CFTC aux élections TPE pour la région Grand Est.

Alice Navarro travaille dans une maison d’assistantes maternelles (MAM) en Moselle. Syndiquée depuis six ans, elle témoigne des difficultés que ses collègues et elle rencontrent dans l’exercice de leur métier. Mais aussi de l’aide apportée par la CFTC. Selon elle, sa profession pâtit d’un manque de formation des parents à la fonction d’employeur.

 Du 22 mars au 4 avril 2021, votez aux élections TPE !

Quelles difficultés rencontrez-vous en tant que salariée du particulier employeur ?

La première difficulté, c’est le non-respect des dates de paiement par les parents. Chaque mois, ils ont un délai pour nous déclarer sur le site Pajemploi de l’Urssaf. Mais souvent, ils oublient de le faire. Cela retarde le versement de notre salaire. Nous devons alors les relancer, voire leur expliquer ce qu’ils doivent faire. Ce n’est pas normal : ils sont employeurs, c’est à eux de connaître leurs obligations.

Bien souvent aussi, ils ne nous versent pas le demi-salaire qu’ils nous doivent quand ils ne donnent pas suite à l’engagement réciproque. Il s’agit d’une sorte de promesse d’embauche, qui mentionne la date d’embauche, la durée mensuelle d’accueil de l’enfant et la rémunération brute. L’assistante maternelle et les parents le signent bien avant le contrat de travail. Si les parents ne donnent pas suite, ils nous doivent un demi-salaire brut.

Quelle aide la CFTC vous a-t-elle apportée ?

J’ai adhéré il y a six ans. Je m’étais alors rendue à une réunion organisée par la CFTC dans ma région. On m’y avait remis un livret destiné aux assistantes maternelles, avec toute une série d’informations pratiques que j’ignorais. Ça m’a été très utile. 

Plus récemment, j’ai eu affaire à des parents qui ont rompu notre engagement réciproque, sans me verser le demi-salaire auquel j’avais droit, malgré mes relances. J’ai alors demandé de l’aide à la CFTC, qui a envoyé un courrier aux parents, avec les textes légaux à respecter et l’annonce du risque pour eux d’un engagement d’une procédure prud’homale. Cela a pris deux mois et demi mais j’ai fini par être payée.

Le classeur technique des assistants maternels

La CFTC Santé Sociaux a conçu un classeur envoyé à chaque assistant maternel au moment de leur adhésion. Composé de 96 fiches, il aborde des thèmes se rapportant à la profession d’ASMAT, à l’exercice de celle-ci (contrat de travail, rémunération fin de contrat de travail) ou encore à la protection sociale. Vous n’êtes pas encore adhérent CFTC ? Découvrez le site de notre Fédération santé sociaux.

Qu’avez-vous envie de dire aux salariés des TPE pour qu’ils votent CFTC ?

Je suis candidate aux élections TPE parce que j’ai à cœur de représenter les MAM et les assistantes maternelles de ma région. Je voudrais dire que nous sommes livrées à nous-mêmes, surtout quand nous débutons. Nous ne disposons pas des bonnes informations. Si bien que beaucoup d’assistantes maternelles font des erreurs, ce qui peut leur porter préjudice dans l’exercice de leur profession. 

Heureusement, j’ai trouvé à la CFTC une oreille attentive et des conseils judicieux. Mais je pense aussi que les parents auraient besoin d’une formation du type “comment devenir employeur d’une assistante maternelle”. Parce que, généralement, ils sont empêtrés. Et ne font pas toujours l’effort de comprendre. 

Quant à nous, pour devenir assistante maternelle, nous recevons une formation de 70 heures. Mais ce n’est pas suffisant, en ce qui concerne le contrat de travail et le calcul du salaire, pour que nous puissions guider les parents.

Covid-19 : des ASSMAT CFTC engagées auprès de leurs collègues