« L’atmosphère est tendue et le manque de tout n’arrange pas les choses », Willy Fleuris, militant CFTC à la Réunion

« L’atmosphère est tendue et le manque de tout n’arrange pas les choses », Willy Fleuris, militant CFTC à la Réunion

Partager

Jeudi 9 avril 2020
Notre drôle de vie

Willy Fleuris est président du syndicat CFTC Santé-sociaux de l’île de La Réunion, il explique comment le COVID 19 impacte la vie des ultramarins de Mayotte et de La Réunion.

Pouvez-vous nous expliquer ce qu’il est arrivé au président de la section CFTC santé-sociaux de Mayotte ?

Notre camarade Zakouoini Hamada, président de la section de Mayotte a violemment été agressé avec menace de mort.

Les agresseurs ont pensé qu’il avait des masques de protection chez lui car il travaille à l’hôpital. L’atmosphère est très tendue en ce moment sur ce territoire et le manque de tout n’arrange pas les choses.

C’est-à-dire ? quels sont ces manques ?

Il y a déjà les manques en matière de matériel médical. Des navires militaires sont arrivés, ils assurent le ravitaillement de Mayotte via La Réunion, mais il faut monter en puissance et créer un véritable pont aérien entre les deux îles, l’Etat devrait rapidement le mettre en place.

Mais quand je dis le manque de « tout », je pense aussi aux moyens de communication. Par exemple, dans son malheur notre camarade s’est fait également voler son téléphone portable. Or comme il vit dans un endroit reculé sans réseau, il n’y a pas moyen de le joindre.

Malgré le confinement j’ai donc demandé à ses camarades d’essayer de se rendre chez lui pour avoir de plus amples nouvelles. Il va mieux mais sa plainte n’a pas été enregistrée ! et pourquoi ? par manque de personnel à la police !

Vous savez, Mayotte est devenu un département il y a seulement une dizaine d’années. L’Etat (police, élus, hôpital) y est très peu structuré, peu respecté, beaucoup d’infrastructures manquent, dans une île qui est la plus pauvre et la plus densément peuplée des outremers.

Et pour vous à La Réunion, comment se passe le confinement ?

Les Réunionnais ont un peu de mal à se soumettre au confinement. Nous vivons en extérieur presque toute l’année. Mais heureusement pour le moment à la Réunion le COVID19 n’a toujours pas fait de victimes. Toutefois, ça ne veut pas dire qu’il n’en fera pas.

L’insularité peut être une protection contre l’arrivée du virus, mais s’il doit se propager, il se propagera. Dans les mêmes proportions qu’en métropole ? impossible à dire. Mais ce temps « gagné » sur la métropole doit permettre aux autorités de mieux anticiper les besoins – masques (en bon état et sans moisissure si possible), respirateurs, lits – et assurer que les soignants pourront travailler dans le respect des gestes barrières.

Enfin dans cette période nous devons aussi faire face à d’autres problèmes communs à tous les ultramarins comme le difficile approvisionnement de l’Ile et les hausses de prix qui l’accompagnent.

Enfin pour la Réunion, il faut rajouter la problématique de la dengue qui augmente tous les jours et qui demande un travail de prévention et de lutte.

 

 

 

 

Propos recueillis par Paul Mercier
Crédit photographique : Glitter Mayotte