Guide Covid-19 / Santé-sécurité (2/2) : gérer le quotiden en période de pandémie

Guide Covid-19 / Santé-sécurité (2/2) : gérer le quotiden en période de pandémie

Partager

Jeudi 16 avril 2020
Foire aux questions

Un point juridique et méthodologique pour gérer au mieux les risques sanitaires dans l'entreprise au quotidien, et mettre en place des procédures permettant de protéger la santé des salariés.

Quels gestes barrière et de distanciation sociale dans l’entreprise ?

Même si elles sont aujourd’hui bien connues, il est important de rappeler les règles sanitaires élémentaires. Compte tenu des modes de transmission du coronavirus, il est effectivement indispensable d’appliquer des gestes barrière, à savoir se laver les mains très régulièrement à l’eau et au savon ou avec une solution hydro alcoolique, tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir, saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades, utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter et, enfin, limiter les déplacements et les contacts au strict nécessaire en préservant une distance de plus d’un mètre entre les personnes.

Toutes ces consignes doivent être affichées dans l’entreprise. L’employeur doit veiller à l’approvisionnement des installations sanitaires en savon et en papier à usage unique de préférence. Lorsque l’accès aux installations sanitaires n’est pas possible (coursiers, personnel en déplacement ponctuel…), il met à la disposition des salariés des solutions hydro alcooliques. Il met en place toutes les mesures permettant de respecter les règles de distanciation nécessaires (plus d’un mètre) et s’assure du nettoyage régulier des locaux et des surfaces.

L’entreprise, dans le cadre de son obligation de sécurité, informe tous les salariés et toute personne extérieure qui entre dans son enceinte des comportements à adopter et des consignes à respecter, elle met à disposition par tous les moyens et/ou en affichant à l’entrée et dans les endroits les plus visibles des locaux de l’entreprise, les informations communiquées par le Gouvernement et les autorités sanitaires, et y précise leur application. Elle s’assure de la mise à jour des informations au fur et à mesure de l’évolution de la pandémie. Les salariés doivent respecter ces recommandations pendant leur travail.

Le port du masque et de gants est-il nécessaire pour tous les travailleurs ?

Le port d’un masque chirurgical ou d’un masque FFP2 est aujourd’hui réservé à certaines catégories de professionnels particulièrement exposés (professionnels de santé, salariés des structures médico-sociales accueillant des personnes fragiles, transport sanitaire, services d’aide à domicile…).

Dans les autres secteurs, l’employeur détermine les mesures de protection collective et organisationnelles à mettre en œuvre pour assurer la santé et la sécurité de ses salariés. Si des risques résiduels persistent, il peut le cas échéant, compléter ces mesures par la mise à disposition de masques. L’utilisation de nouvelles catégories de masques alternatifs réservés à des usages non sanitaires doit être encouragée, notamment pour les professionnels en contact avec le public.

Dans tous les cas, pour limiter les risques de transmission, le port d’un masque doit s’accompagner de règles d’hygiène strictes (ne pas le toucher, hygiène des mains avant et après le retrait…).

Porter des gants n’est pas forcément nécessaire : dans la plupart des situations de travail en entreprise, les mesures d’hygiène, et notamment le lavage des mains, sont suffisantes. Si toutefois des gants sont utilisés pour éviter que les mains ne se contaminent au contact de certaines surfaces, il convient d’être particulièrement vigilant. Il est impératif, pour éviter de se contaminer, de ne pas porter les mains gantées au visage, d’ôter les gants en faisant attention de ne pas toucher sa peau avec la partie extérieure, de les jeter après chaque utilisation et de se laver les mains ou de réaliser une friction hydro alcoolique après les avoir enlevés.

Quelle conduite tenir en cas de situation accidentelle ?

Dans la mesure du possible, les entreprises mettent en place un plan de roulement pour les salariés dans le but de réduire au maximum les contacts et de créer des équipes autonomes, distinctes et reconnaissables.

Une situation accidentelle humaine ou matérielle provoque généralement un regroupement de personnes pour porter secours ou éviter des conséquences encore plus graves. Ce rassemblement de proximité peut être dangereux dans le contexte de l’épidémie de Covid-19 en multipliant les interactions entre individus. Dans la mesure du possible, les secouristes du travail et les managers veillent à ce que chacun reste à son poste pour éviter une situation de risque accru.

Quelles mesures spécifiques appliquer pour le nettoyage des locaux ?

L’entreprise assure le nettoyage quotidien des locaux, des environnements (accès aux locaux, etc.), des postes de travail et des espaces communs, conformément aux préconisations des pouvoirs publics, avec une attention particulière aux surfaces telles que les poignées de porte, les rampes, les sanitaires, les équipements communs, etc. Dans ce but, l’entreprise met également à disposition des salariés les agents nettoyants nécessaires et disponibles. Les locaux de l’entreprise doivent être régulièrement aérés.

L’entreprise procède à des opérations spécifiques de nettoyage et de désinfection, en fonction de l’évolution des exigences sanitaires ou des cas avérés de Covid-19, particulièrement quand les locaux sont ouverts au public.

  • L’équipement du personnel d’entretien : blouse à usage unique et gants de ménage ;
  • Le lavage et la désinfection humide sont à privilégier en respectant la procédure suivante :
    1. nettoyer avec un bandeau de lavage à usage unique imprégné d’un produit détergent ;
    2. rincer à l’eau du réseau d’eau potable avec un autre bandeau de lavage à usage unique ;
    3. laisser le temps de sécher ;
    4. désinfecter à l’eau de javel diluée avec un nouveau bandeau de lavage à usage unique.
  • Recours à la filière d’élimination classique pour les déchets potentiellement contaminés.

Les salariés qui, dans l’exercice de leurs fonctions, sont habituellement dotés d’équipements de protection individuelle (EPI), doivent continuer à en bénéficier. Un nettoyage de ces EPI peut être prévu si nécessaire.

Dans les conditions définies par le Gouvernement et les autorités sanitaires, les salariés exposés dans le cadre de leurs fonctions à un risque de contamination au Covid-19 sont dotés d’équipements de protection individuelle spécifiques et adaptés. L’entreprise s’assure de la distribution des équipements disponibles. Les salariés ont l’obligation de porter les équipements fournis par l’entreprise.

Selon quelles modalités organiser la visite d’un prestataire dans l’établissement ?

Lorsque des salariés d’entreprises extérieures doivent intervenir sur votre site, vous devez organiser leur venue, en amont, de façon à ce qu’ils ne soient pas tous présents en même temps sur les lieux. Vous devez également mettre une signalétique les incitant à se laver les mains (avec savon et papier à usage unique ou solution hydro alcoolique) avant de leur donner accès à votre entreprise, au local de la machine à café/ou de pause. L’organisation doit intégrer le respect de la distanciation indispensable ; par exemple, privilégier de laisser la marchandise sur une surface permettant de la récupérer, plutôt que de donner le produit directement à la main.

A l’instar du document unique, qui décrit les risques encourus par les salariés de l’entreprise, et les mesures pour les prévenir, le plan de prévention identifie les risques liés à la collaboration avec des entreprises extérieures, et les mesures pour les prévenir.

Les fournisseurs externes, les entreprises extérieures et les sous-traitants qui accèdent aux locaux de l’entreprise doivent respecter les règles sanitaires spécifiques édictées et mises en œuvre par l’employeur, afin de prévenir toute propagation du Covid-19. Pour ce faire, l’accès aux points d’eau, pour se laver les mains, leur est indiqué.

L’accès aux espaces communs doit être limité au maximum, et conditionné au respect d’une distance de sécurité d’un mètre entre les personnes qui les occupent.

Des mesures spécifiques doivent être prévues pour la livraison et la réception du courrier, des colis et autres marchandises, comme :

  • approvisionner les livreurs en gel hydro alcoolique pour qu’ils se nettoient les mains entre chaque livraison ;
  • livraison avec dépose au sol en présence du client, sans remise en main propre ;
  • remplacer la signature par une photo du client avec son colis.

Comment accéder à l’entreprise et y circuler en période de pandémie ?

D’une manière générale, l’accès à l’entreprise est impossible pour les personnes présentant des symptômes manifestes liés au Covid-19.

Chaque salarié doit donc s’assurer, avant de se rendre sur son lieu de travail, qu’il ne présente pas de manière manifeste de symptômes du Covid-19, et tout particulièrement de fièvre. Une vérification par prise de température peut être conseillée. Dans le cas de symptômes évidents, le salarié prévient son employeur, de quelque manière que ce soit ; il doit en outre rester chez lui et appeler son médecin traitant ou le 15 selon son état.

L’échelonnement des entrées/sorties est organisé afin d’éviter au maximum les contacts dans les espaces communs (notamment les entrées, les vestiaires, les lieux de restauration, les sanitaires). Dans la mesure du possible, il est nécessaire de prévoir une porte d’entrée et une porte de sortie différentes de ces locaux.

 

Crédit photographique : Engin Akyurt / Pixabay