Suivez-nous

Sur le terrain, la CFTC fait entendre un autre son de cloche

16 janvier 2018 | Social

  • Partage

crédit photo : fotolia / FOTOWAWA

Une nouvelle agression d’un surveillant de prison, cette fois à Vendin-le-Vieil, a mis le feu au poudre, et aujourd’hui les surveillants se sont lancés dans une mobilisation nationale à l’appel de 3 organisations syndicales (FO, CGT et UNSA).
La CFTC-SLJ, qui occupe également le terrain, refuse, elle, une intersyndicale qui ne se ferait pas autour d’une véritable plateforme, et pose des revendications prenant en compte les spécificités de chaque établissement.
Au-delà de la démission du directeur de Vendin-le-Vieil, la CFTC-SLJ revendique des avancées indemnitaires et sécuritaires.

Michael Rambaut, conseiller titulaire du syndicat CFTC Libre Justice, intervenait à ce sujet, ce matin pour l’AFP.

Quelques jours plus tôt, c’était le secrétaire général du syndicat CFTC SLJ, Blaise Gangbazo, qui s’assurait sur place que les surveillants mobilisés ne seraient pas soumis à des sanctions.

Aujourd’hui, la CFTC – SLJ porte des revendications équilibrées :

  • Revoir les conditions de travail et les moyens mis à disposition des agents afin d’assurer la sécurité au sein des établissements
  • Une réelle refonte des grilles indiciaires
  • La mise en place de régimes différenciés selon les profils des personnes détenues à l’issue de réelles évaluations structurées
  • L’aménagement du temps de travail afin de faciliter la vie de famille

Sur le traitement des détenus "radicalisés" 

Si la CFTC-SLJ s’accorde sur la nécessité d’instaurer des régimes différenciés, elle s’était opposée, dès le printemps 2017,  à la classification des détenus selon leur origine, comme le suggérait une étude réalisée à la demande de l’administration pénitentiaire, mettant à part les détenus originaires d’Outre-mer.

En effet,  pour la CFTC, « les personnes détenues radicalisées ou en voie de l’être, originaires des territoires ultra-marins, ne doivent pas êtres stigmatisées selon leurs origines. Il ne faut pas dresser le portrait d’un habitant de chaque territoire pour permettre l’émergence de profil ».

crédit photo : fotolia / FOTOWAWA
Actualités, ressources, ne manquez rien abonnez-vous à notre newsletter