« On espère que tout le monde sera accompagné », Marc, directeur d’agence intérim et militant CFTC

« On espère que tout le monde sera accompagné », Marc, directeur d’agence intérim et militant CFTC

Partager

Mardi 31 mars 2020
Notre drôle de vie

Marc Donati est directeur de l’agence Adecco d’Agen (47) depuis 2011 et responsable de section syndicale CFTC

À quelles difficultés êtes-vous confronté ?

Elles sont énormes, évidemment liées à la chute d’activité. La moitié de nos clients a fermé ses portes aujourd’hui. Le volume de nos intérimaires en poste a chuté lui aussi de plus de 50 % en 15 jours. La logistique et l’agroalimentaire qui nous sollicitaient encore sont moins demandeurs. Nos avons très peu de visibilité, même à l’horizon de la semaine prochaine.

N’y a-t-il pas une carte à jouer auprès du milieu agricole ?

Nous avons une petite activité avec le secteur agricole, mais celui-ci travaille essentiellement avec des saisonniers en CDD. Nous sommes pour l’instant peu sollicités, malgré nos relances de contacts.

Quelles attentes avez-vous ?

Une réponse du gouvernement quant au chômage partiel dans notre secteur ! Cela permettra à des centaines de milliers d’intérimaires d’en bénéficier. Jusqu’ici, c’est uniquement le cas pour ceux qui travaillaient dans des entreprises elles-mêmes éligibles au chômage partiel. Et encore, nous effectuons en ce moment un gros travail de relance pour que ces entreprises régularisent la situation de leur main-d’œuvre intérimaire. Tout cela est survenu brutalement, beaucoup ont vu leur contrat rompu de fait du jour au lendemain. Leur entreprise leur a demandé de rentrer chez eux, car elle a dû fermer. Dans notre agence, nous suivons 35 CDI intérimaires que nous payons pour l’instant sans qu’ils puissent effectuer leurs prestations… Il faut que ce décret, déjà attendu à la fin de la semaine dernière, viennent préciser les choses. On espère que tout le monde sera accompagné.

Certains intérimaires sont-ils partis d’eux-mêmes ?

Oui, c’est le cas pour certains et nous les comprenons. Je pense à ceux qui recevaient le public – comme à La Poste avant la fermeture des locaux – ou sur une chaîne – comme chez Upsa. Ils ne pouvaient pas faire valoir leur droit de retrait, car les consignes légales de sécurité étaient respectées. Mais ils éprouvaient une peur légitime.

Qu’entrevoyez-vous pour l’avenir ?

Difficile à dire, tout est très flou. Dans notre agence, la responsable des recrutements est en chômage partiel. Pour ma part, je solde un maximum de congés avant d’y être à mon tour. Je reste bien sûr disponible pour répondre aux sollicitations de mes collègues ; paradoxalement, elles sont peu nombreuses. Une chose est sûre : lors de la reprise d’activité, il s’agira d’être réactifs ! Nous risquons de vivre un fort décalage avec des besoins considérables et une réponse très rapide à y apporter. Rien n’a encore été articulé au niveau national.

Lire aussi :

« Nous vivons un véritable tsunami », Agnès, présidente du syndicat CFTC du travail temporaire

« Vous trouvez ça logique ? », Patrick, intérimaire