« Les retraités vivent dans l’anxiété et la peur », Jacqueline

« Les retraités vivent dans l’anxiété et la peur », Jacqueline

Partager

Lundi 25 mai 2020
Crise du Covid-19

Présidente de l’Unar, l’Union nationale des retraités, Jacqueline Valli est inquiète : inquiète pour la santé des adhérents, personnes à risque en cette période de Covid, mais aussi inquiète quant à la précarisation grandissante de cette catégorie de Français.

Quels sont les échos que vous avez eus de la part des retraités, depuis le début de la crise du Covid-19 ?

Ils sont très inquiets. Vous savez évidemment que les gens âgés sont des personnes à risque. Les décès des aînés sont pléthoriques : regardez le nombre de morts dans les Ehpad ; et nous n’avons pas encore les chiffres des morts à domicile. Les retraités vivent dans l’anxiété et la peur.

Quel bilan tirez-vous de cette crise, jusqu’à maintenant ?

Elle a mis en exergue les problèmes de fonctionnement dans les Ehpad, et la gestion des personnes âgées dans notre société. Les hébergements ne sont pas satisfaisants tout comme les accueils en salle commune. Ce sont des points à revoir. L’accueil des personnes âgées doit être amélioré sans trop tarder. Le Covid a souligné la piètre qualité de vie qui leur est proposée. Pourtant, les frais d’hébergement sont élevés, et mettent bien souvent à contribution financièrement les enfants ou petits-enfants. Mais d’une part, les locaux ne sont pas forcément en bon état, et d’autre part, il n’y a pas assez de personnel, pourtant si méritant, pour s’occuper de nos aînés. Surtout en ce moment où la crise rend tout compliqué.

D’ailleurs, en parlant d’argent, la crise a aussi montré à quel point les retraités pouvaient être dans une situation précaire. C’est un des sujets sur lesquels nous avons travaillé pendant ce confinement.

Comment se traduit cette précarité ?

Beaucoup trop de retraités n’ont pas de quoi se payer une mutuelle et ne peuvent décemment accéder aux soins. Je suis sûre que pendant cette crise du Covid, certaines personnes n’ont pas consulté pour des problèmes financiers alors qu’elles auraient dû. Ce n’est pas possible en France aujourd’hui ! Nous avons essayé, avec l’intersyndicale à laquelle nous appartenons, de nous faire entendre par le Gouvernement sur ce sujet, et sur la baisse du pouvoir d’achat, qui dure bien depuis quatre ans ; en vain. Rien n’a changé. À l’Unar CFTC, cela fait bien longtemps que nous dénonçons la baisse du pouvoir d’achat des retraités liée à l’augmentation du coût de la vie, et qui a contribué à les appauvrir. Il est temps de revaloriser les retraites. Et, comme nous sommes aussi membres de la Ferpa, la Fédération européenne des retraités et personnes âgées, nous comptons porter ce sujet à Bruxelles, pour une Europe plus solidaire, une Europe à visage humain !

 

L’Unar CFTC salue tous les retraités et les Udir (Unions départementales interprofessionnelles de retraités) et souhaite que tous se retrouvent bientôt. Nous pensons à tous.