Fonction publique : Déconstruire les idées reçues !

Fonction publique : Déconstruire les idées reçues !

Partager

Mercredi 14 novembre 2018
Société

Alors que le gouvernement annonce son plan “Fonction publique 2021”, les agents de la fonction publique sont souvent victimes d’idées reçues et de clichés. Droit de réponse.

La fonction publique est divisée en trois catégories :  étatique (qui relève des compétences de l’Etat), territoriale (qui relève des compétences des territoires, régions, métropoles, municipalités) et hospitalière (qui regroupe les agents des hôpitaux publics, centres hospitaliers universitaire et de l’assistance publique).

Ne dites plus : “Il y a trop de fonctionnaires”

Avec 5,6 millions, la France est le pays d’Europe qui comptabilise le plus grand nombre d’agents de la fonction publique… en valeur absolue. Elle vole ainsi d’une courte tête la 1ère place à l’Allemagne, qui en compte 4,9 millions. Pour autant, si l’on regarde le ratio nombre de fonctionnaires/habitant, l’Hexagone ne se classe qu’au 8e rang européen, ex aequo avec la Belgique et Chypre, avec une moyenne de 8 fonctionnaires pour 100 habitants. Le Danemark caracole en tête avec 14 fonctionnaires pour 100 habitants, suivi de près par la Finlande (12,9), et la Suède (12,3). La médiane européenne se situe aux alentours de 6 agents pour 100 habitants.

“Les fonctionnaires ont un emploi à vie” : Non !

L’appellation “fonctionnaire” est en réalité un terme un peu fourre-tout. Il convient de parler d’agent de la fonction publique, terme qui recoupe plusieurs réalités. Si la France compte aujourd’hui 5,6 millions de fonctionnaires, seuls 3,84 millions d’entre eux (environ 71%) sont titulaires. Les autres 29% sont contractuels (en CDD ou CDI), militaires, ou relèvent d’un autre statut. C’est d’ailleurs le cas des 141 000 enseignants des établissement privés sous contrat.

Pour les premiers 71%, rien ne garantit toutefois un emploi à vie. Le régime de base est issu d’une loi datant de 1983, au sein du Code de la fonction publique (équivalent du Code du travail pour les agents). Y sont distingués plusieurs causes de licenciement : pour motif personnel, insuffisance professionnelle, maladie rendant l’agent inapte, ou encore faute disciplinaire.

“Les fonctionnaires travaillent moins que les employés du privé” : pas vraiment…

Encore une fois le métier de fonctionnaire n’existe pas. Il y a une galaxie de métiers au sein de la fonction publique, tout comme il en existe une au sein du secteur privé ! 28,3% des travailleurs du public effectuent plus de 40h chaque semaine (c’est 31,7% dans le privé). Et ce pourcentage passe à 38,6% dans la fonction publique d’état – avec 16% d’agents qui effectuent des astreintes (contre seulement 8% des salariés du privé) !

Si l’on s’intéresse au travail du dimanche; là encore les statistiques penchent du côté du public avec un taux de 36,7% des agents qui travaillent le dimanche (même occasionnellement) contre 25,8% des salariés du privés. Il est à noter que cette statistique est largement amplifiée par la fonction publique hospitalière, qui regroupe à elle seule 70% d’agents en service le dimanche.

“Les fonctionnaires ne servent à rien !” : question de point de vue !

Première question à se poser : que signifie l’expression servir à quelque chose à l’heure où de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer les Bullshit Jobs ? Y aurait-il une échelle des métiers utiles et inutiles ? Ne philosophons pas plus et prenons un exemple concret : imaginons une personne qui se casse la cheville en trébuchant dans l’escalier. Ses proches appellent les pompiers (fonction publique territoriale). Les pompiers l’emmènent à l’hôpital pour se faire soigner (fonction publique hospitalière). Plus tard, lorsqu’elle enverra son arrêt maladie à son employeur, celui-ci sera traité par un agent de la sécurité sociale (fonction publique d’état). C’est ainsi qu’une simple cheville cassée met en branle les 3 fonctions publiques. Inutile, vous disiez ?
Et n’oublions pas, au demeurant, que la première personne rencontrée dans une vie est une sage-femme, soit un agent de la fonction publique hospitalière…

Crédit photogrpahique : Pixabay / Alyibel