Rentrée sociale : la CFTC prend la parole

Rentrée sociale : la CFTC prend la parole

Partager

Jeudi 30 août 2018
Réformes sociales

Retraites, prestations sociales, CSG, santé au travail, assurance chômage… sont autant de sujets qui font l’actualité en cette rentrée. Reçus mercredi à Matignon, Philippe Louis et Bernard Sagez ont évoqué avec le Premier ministre Edouard Philippe, ces sujets et leurs possibles réformes.

Avant cette rencontre, Philippe Louis rappelait les attentes de la CFTC pour cette rentrée sociale.

Puis, à la sortie de son rendez vous avec le Premier ministre, il livrait son sentiment aux journalistes. Ces derniers, ont notamment demandé au président de la CFTC si, comme Emmanuel Macron, il pensait que les Français étaient des « Gaulois réfractaires au changement ».

Qu’il s’agisse de santé au travail, des arrêts maladie, ou d’assurance chômage,  la CFTC ne rejette pas a priori les futures réformes, mais son président a rappelé la nécessité de nourrir un « dialogue de qualité ». En effet c’est d’une saine concertation que naîtront des réformes efficaces et justes pour les Français. 

L’assurance chômage

Sur l’assurance chômage, Philippe Louis a rappelé au premier ministre que « la CFTC veut bien rentrer en négociation, à deux conditions : que la réforme ne se fasse pas sous la pression du diktat des budgets et que les demandeurs d’emploi soient au coeur de la problématique ». Sans rentrer dans le fond, Matignon « a donné un calendrier de diagnostic avec trois réunions et, au bout du compte, un document de cadrage pour une négociation qui devra aboutir d’ici fin janvier », rapporte Philippe Louis.

Santé au travail

En matière de santé au travail, si Philippe Louis s’est dit « intéressé » par la prévention des risques, il affirme en revanche « avoir des doutes » sur la réforme des services de santé au travail.

Arrêts de Travail

« Sur les indemnités journalières [relatives aux arrêts de travail], il faut faire attention. Il faut faire le diagnostic et regarder exactement d’où viennent les écarts » déclare Philippe Louis. Ajoutant qu’ « il y a des rapports dans lesquels on observe que, dans certaines entreprises, les arrêts de travail sont liés aux conditions de travail et ce n’est pas en les faisant payer que l’on agira sur les conditions de travail et que l’on réglera le problème ».

Dès le début de la semaine, Pascale Coton, vice-présidente, en charge du dossier des retraites, exposait les revendications de la CFTC sur ce sujet au micro de LCI :

Le 30 août, Joseph Thouvenel occupait, lui aussi, le terrain médiatique, pour défendre le principe d’une gestion paritaire de l’assurance chômage.

Outre ces passages télé, la CFTC a aussi fait entendre sa voix, dans la presse spécialisée (AEF), sur les ondes d’Europe 1, sur CNEWS ou encore auprès des agences de presse (AFP, Reuters).