L’illectronisme ou l’apprentissage du B-A B@ !

L’illectronisme ou l’apprentissage du B-A B@ !

Partager

Lundi 1 octobre 2018
SOLIDARITÉ

89% des foyers français sont équipés d’au moins un terminal numérique. Pourtant un quart des Français reste concerné par l’illectronisme. Illectronisme ? Un nouveau mot pour un mal nouveau qui consiste à rencontrer des difficultés - voire une impossibilité - face à l’utilisation d’un ordinateur ou à la navigation sur internet.

Consulter ses comptes en lignes, rechercher un emploi, commander un objet ou effectuer une démarche administrative… Des tâches banales et vites expédiées pour la plupart des Français. Mais pour neuf millions d’entre eux, soit un quart de la population, tout cela relève de l’impossible ou presque. C’est ce que révèle une étude récente commandée par le syndicat de la presse sociale (SPS).

Des formations pour réduire la fracture numérique

Les organismes de formations se sont d’ores et déjà saisis de cette nouvelle forme de fracture numérique en multipliant et en adaptant leur offre pédagogique. C’est le cas du CléA, qui propose une large gamme de formations éligibles au CPF, de la familiarisation avec l’environnement informatique à la saisie de texte, en passant par la gestion des documents. Les missions locales peuvent également prendre le relais en région. Seul bémol, la recherche de ce type de formations requiert souvent… de se servir des moteurs de recherche du web !

Pour trouver des renseignements et des formations “physiquement”, il convient donc de se rapprocher du service RH de son entreprise ou d’une antenne de Pôle emploi. Autre piste, la plupart des bibliothèques municipales proposent également des formations à l’utilisation des ordinateurs.

Vers un « numérique inclusif » ?

Côté gouvernement on préfère parler de “numérique inclusif” plutôt que d’illectronisme. Mounir Mahjoubi, secrétaire d’état au Numérique, souhaite endiguer ce phénomène et faire de la France la première société numérique. C’est en ce sens qu’il a présenté le 13 septembre son Plan national pour un numérique inclusif.
“Pour la première fois, l’ensemble des acteurs sont réunis pour relever le défi majeur de l’inclusion numérique, pour former chacun aux usages du numérique et ainsi bénéficier de toutes les opportunités qu’il offre, en termes d’emploi, d’éducation, de pouvoir d’achat, de lien social et d’émancipation”, indique le secrétaire d’état, en invoquant l’urgence d’agir.

Mesure phare : un Pass formation, proposant de 10 à 20 heures de formation, et qui devrait permettre aux plus fragiles de devenir autonomes. Viennent s’y greffer davantage de prise en charge et de formations pour les aidants numériques, ainsi que le déploiement de hubs de formation physique en région. Des initiatives saluées par la CFTC, qui, depuis 2016, milite pour l’organisation d’un Grenelle du numérique.

Crédit photographique : Pixabay / StartupStockPhotos