« Les enfants ont une capacité à s’adapter phénoménale », Claire, professeur des écoles

« Les enfants ont une capacité à s’adapter phénoménale », Claire, professeur des écoles

Partager

Vendredi 20 novembre 2020
Crise du Covid-19

Claire, 37 ans, est professeur des écoles en petite section à Limoges (87). Dans cette « zone d’alerte renforcée », l’école du monde d’après n’est pas si différente de l’an dernier. À quelques détails près.

Comment s’est passée cette rentrée ? A-t-elle été, comme l’avait annoncé le ministre Blanquer, « aussi normale que possible » ?

Oui. Je dois avouer que la rentrée de septembre s’est bien passée. J’ai cette année 24 petites sections (entre 3 et 4 ans), et les parents sont toujours autorisés à les accompagner en classe à cet âge-là. La période la plus compliquée a été, en fait, la période post-confinement, quand il a fallu mettre en place tous les nouveaux protocoles de sécurité : les rentrées et sorties d’établissement, le roulement des récréations, des passages à la cantine… ils ont été mis en place en mai-juin, il a suffi de les réactiver à la rentrée.

Lire aussi : « Des décisions urgentes pour protéger les populations scolaires », Annie Toudic, présidente du SNEC-CFTC

Vous ne rencontrez aucune difficulté particulière ?

Si. Je dirais de deux types. D’une part, le port du masque. C’est vraiment désagréable et il altère un peu la communication. Enfin entre gens masqués surtout (rires) : entre les parents et nous, pour le passage d’informations, et entre les adultes dans la classe, entre mon ASEM (Agent Spécialisé des Ecoles Maternelles) et moi. Les enfants, eux, ont une capacité à s’adapter phénoménale. Voir un adulte masqué est devenu normal ! En revanche, moi, je suis ravie d’enlever ce truc à midi. Il exige une articulation plus appuyée, pendant les comptines, par exemple, il exige de parler plus fort, alors qu’on recherche le silence dans une classe… C’est fatigant.

Quelle est l’autre difficulté ?

On ne peut pas prévoir grand-chose, pas de sortie, pas de sessions bibliothèque. Même si en petite section, les sorties ne sont pas légion, les enfants sont toujours motivés par le grand rassemblement de fin d’année, pour lequel on établit un fil rouge tout au long de l’apprentissage. C’est frustrant.

Lire aussi : « Je ne vois pas de logique dans tout ce qu’on fait », Amar, professeur de mathématiques

Avez-vous peur d’aller à l’école ?

Non, absolument pas. La seule « peur », c’est le reconfinement et de devoir faire l’école à distance pour d’aussi petits enfants. L’an dernier, j’avais des moyennes sections, et on était en mars. L’année était largement amorcée. Là, en octobre, ça serait bien plus compliqué : jusqu’en décembre, on mise sur la découverte et la sociabilité pour les petits. Les parents seraient-ils prêts à jouer le jeu ? Et puis certains enfants ne me parlent pas encore. Ça serait vraiment très compliqué. De toute façon, pour le moment, on n’en est pas là. On a bien compris que pour le gouvernement, l’école devait continuer, que la vie sociale et la vie économique étaient les priorités. Est-ce logique de maintenir, pendant une pandémie, une vie en communauté avec des enfants, qui, par définition, ne peuvent respecter gestes barrière et distanciation physique ? Non. Ça interroge, c’est sûr. Mais je n’ai pas mieux à proposer.

Propos recueillis par Stéphanie Baranger