Suivez-nous

Leroy Merlin : victoire pour les salariés !

3 décembre 2021 | Social

  • Partage

Depuis la mi-novembre, les salariés de Leroy Merlin réclamaient des hausses de salaires. Leur demande était légitime dans un secteur dopé par la crise sanitaire. Organisés en intersyndicale, ils viennent d’obtenir gain de cause. Retour sur une mobilisation payante.

Leroy Melrin

Depuis la mi-novembre Jean-Marc Cicuto ne décolérait pas. Le DSC des enseignes LEROY MERLIN était sorti déçu des NAO menée avec sa direction. Il faut dire que les 2 % d’augmentation proposés couvraient à peine l’inflation déjà constatée (et qui court toujours). 

Pourtant depuis la crise du Covid, les salariés n’ont pas ménagé leur peine. Le bricolage ayant été considéré comme secteur essentiel, les salariés se sont retrouvés en première ligne. C’est-à-dire contraint de se rendre sur leur lieu de travail quand bon nombre de Français se confinaient.

Une situation anxiogène parfois pour les salariés, alors que le virus du Covid charriait en son sillage une foule d’inconnues, d’interrogations autant que de contaminations, et que, dans le même temps, de nombreux secteurs découvraient le travail à domicile.

Ce temps passé à domicile a poussé nombre de Français à se tourner vers le bricolage pour refaire ou améliorer leurs intérieurs. Conséquence, la marque Leroy Merlin, partie intégrante de la galaxie Mulliez a vu son chiffre d’affaire grimper à 9 milliards en 2021 et son bénéfice atteindre les 800 millions d’euros. Des sommes que les salariés et leurs représentants voulaient voir mieux partagée.

Leroy Merlin : un combat social et médiatique

Devant les refus de la direction, les organisations syndicales s’organisent. Des manifestations et des distributions de tracts devant les magasins, des blocages des entrepôts, commencent à poindre sur l’ensemble du territoire.
Alors que l’augmentation des salaires devient un sujet médiatique, la direction Leroy Merlin, attachée à son image auprès des Français accepte de rouvrir les négociations, du fait d’une pression médiatique accrue.

En effet outre des médias locaux, BFM TV, France Info, ou encore le journal de 20h de TF1 ont parlé de ce mouvement social et ont donné la parole à nos élus.

Et ces nouvelles négociations ont été plus fructueuses. « Nous avons obtenu une revalorisation pour les bas salaires de 4 % soit une augmentation mensuelle de 65 euros » indique Jean-Marc CicutoPrévoyant et anticipant une poursuite de l’inflation, les syndicats ont également obtenu « une nouvelle rencontre si nécessaire mi-avril.  Nous avons aussi convenu de renforcer le dialogue social, avec des relations plus importantes entre l’entreprise et les organisations syndicales. »

Lors de cette action la CFTC aura été fidèle à elle-même, défendant l’intérêt du plus grand nombre (23 000 salariés vont profiter de ces négociations), donnant une image constructive et un engagement fort pour la défense des salariés les plus modestes. « Des salariés payés à leur juste valeur » conclue Jean-Marc Cicuto.

Actualités, ressources, ne manquez rien abonnez-vous à notre newsletter