Thales s’engage à accompagner les salariés

Thales s’engage à accompagner les salariés

Partager

Mardi 4 mai 2021
Micro-social

La CFTC Thales a signé le 29 janvier dernier un accord en vue de « soutenir l’emploi, l’activité et préparer l’avenir ». En pratique, cet accord doit permettre aux salariés du groupe d’électronique appartenant à une activité impactée par la crise sanitaire de bénéficier de mesures d’adaptation.

Philippe Deslande, représentant syndical et coordinateur central adjoint CFTC Thales, insiste sur la culture de l’anticipation qui existe au sein de Thales. Parce que si cet accord a effectivement été signé en janvier, il s’inscrit dans la continuité des accords d’anticipation conclus antérieurement. Depuis plus de dix ans, un accord de gestion de l’emploi existe dans le groupe pour s’adapter aux spécificités de l’entreprise. « Les salariés de Thales ont des expertises très pointues, explique Philippe Deslande, il n’est pas possible de les remplacer facilement. Donc l’entreprise fait tout pour ne pas licencier, et cela depuis longtemps. » 

L’accord du 29 janvier est principalement un changement d’échelle.

Il comprend d’abord un volet retraite. Les salariés proches de la retraite peuvent demander à être mis à disposition en percevant 75 % de leur salaire. L’entreprise peut aussi les aider à racheter des trimestres. Un deuxième volet améliore un accord mobilité existant. Les salariés qui changent de zone géographique peuvent bénéficier de plusieurs dispositifs : prise en charge de frais transports pour les visites de logements, accompagnement du conjoint dans sa recherche d’emploi, aide pour passer le permis de conduire et pour acheter une voiture, et prime de 6 000 euros. 

Selon Philippe Deslande, ce type d’accord fonctionne très bien chez Thales : « Quand un accord d’anticipation est signé, il y a ensuite des bilans d’étape effectués et parfois des ajustements en fonction des bilans intermédiaires. »

 

 

Laurent Barberon

Crédit photo : Wikimedia Commons