#Présidentielle2017 : L’interpellation de la CFTC dans les médias

#Présidentielle2017 : L’interpellation de la CFTC dans les médias

Partager

Vendredi 17 mars 2017

#Présidentielle2017 #Voyonsgrand dans les médias

 

 petite photo article

20 avril 2017 
La CFTC n’a pas donné de consigne de vote à ses adhérents et militants. Mais la centrale chrétienne juge « rédhibitoire » la préférence nationale prônée par Marine Le Pen. Entretien avec Philippe Louis, président de la CFTC.
> La suite sur le site Internet de La Croix

lacroix-500x40010032017

 

10 mars 2017 
« Le fil conducteur du questionnaire, explique la CFTC, est de cerner les positions des candidats autour de deux dimensions essentielles : « la prise en compte des impacts sur le monde du travail des mutations déjà à l’œuvre ou à venir » ainsi que « les garanties d’une couverture sociale adaptée aux aléas de la vie ».»
> La suite sur le site Internet de La Croix
 lemonde500x40009032017  9 mars 2017
« Dans son courrier aux candidats, la CFTC se déclare non partisane et « soucieuse de son devoir de neutralité », tout en se définissant curieusement comme une « organisation politique au sens premier du terme (contribution à l’édification de la cité) ». Elle souligne qu’elle « entend transformer la société par la recherche du bien commun  et la concorde sociale et non par le développement systématique des antagonismes ».»
> La suite sur le site Internet Le Monde
 Capture d’écran 2017-03-17 à 12.07.58 9 mars 2017
« Le syndicat espère obtenir des réponses des candidats sur une série de sujets, qu’il mettra sur son site pour, ensuite, comparer leurs positions avec son propre « projet social » de « régime universel ». Le président, Philippe Louis, rappelle que la confédération ne donne pas de consigne de vote. « Chacun est libre, nous sommes là pour éclairer le débat », précise-t-il. La CFTC insiste particulièrement sur deux dimensions, fil conducteur de ses questionnements : la prise en compte des impacts sur le monde du travail des mutations déjà à l’œuvre ou à venir et les garanties d’une couverture sociale adaptée aux aléas de la vie. »