« Je viens travailler par solidarité », Sandrine, hôtesse de caisse et militante CFTC

« Je viens travailler par solidarité », Sandrine, hôtesse de caisse et militante CFTC

Partager

Vendredi 27 mars 2020
Notre drôle de vie

Sandrine, 40 ans, est hôtesse de caisse dans un supermarché Auchan (91). En se sentant soutenue par sa direction, cette conseillère fédérale de la CSFV, secrétaire générale du Stacif*, DS et élue CSE, continue d’aller travailler malgré la fatigue et les incivilités.

Quel est votre quotidien depuis le début de la crise du Covid-19 ?

Nous gérons la situation au jour le jour. Nous devons pallier l’absence des collègues qui tombent malades ou de ceux qui doivent garder leurs enfants, quitte à faire plus d’heures. Nous faisons au mieux pour accueillir les clients dans les règles de sécurité optimales. Nous avons à notre disposition gants, masque et gel hydroalcoolique. Chacun est libre de les utiliser. Moi, comme je suis claustrophobe et allergique, je n’utilise que le gel. Et je viens travailler par solidarité, parce que je trouve normal que les gens puissent manger. Mais je suis fatiguée.

Justement, à quelles difficultés vous heurtez-vous ?

Nous sommes fatigués parce que nous devons gérer l’incivilité de certains ‒ même si la majorité des clients est contente de nous trouver et nous remercie d’être là. On ne comprend pas ceux qui achètent les œufs par palettes, qui dévalisent les magasins. Les rayons, bien que remplis la nuit, sont vides au bout d’une heure parce que les gens achètent en énorme quantité, sans penser aux autres. Et nous sommes obligés de répéter toute la journée les règles de sécurité. Certains comprennent, d’autres non… C’est usant.

Avez-vous vu des gestes de solidarité ?

Nous sommes extrêmement bien épaulés par nos chefs : nos managers, le premier jour, se sont mis derrière des caisses pour gérer l’afflux de personnes sur le site, pour nous aider. Notre RRH Supermarché se rend disponible et il est facilement joignable. Notre directeur opérationnel, par exemple, est extraordinaire. Tant humainement que professionnellement, il met tout en place pour nous faciliter la vie et trouve des solutions pour que chacun travaille dans de bonnes conditions. C’est plus qu’appréciable.

 

*Syndicat CFTC des travailleurs de l’alimentation et du commerce d’Île-de-France.

 

Voir aussi : la fiche conseil « travail en caisse » sur le site du ministère du Travail