Poursuite du dialogue social : les résultats demain dans les urnes ? L’édito d’Eric Heitz

Poursuite du dialogue social : les résultats demain dans les urnes ? L’édito d’Eric Heitz

Partager

Mercredi 6 mai 2020
Crise du Covid-19

Il y eut le confinement et maintenant, le déconfinement… Disons-le, cette crise sanitaire mobilise à plein notre vocation à faire vivre le dialogue social.

Depuis plusieurs semaines, les négociations vont bon train, et sur le mail de la permanence juridique mise à votre disposition par la Confédération, les questions se succèdent, qu’il s’agisse de la prise de congés, des conditions sanitaires d’exercice ou de reprise, et plus largement de la sécurité des travailleurs… Tout récemment, nous avons vu émerger un nouveau questionnement : qu’en est-il, en effet, des élections CSE, en cours ou en préparation, suspendues depuis le début du confinement ? 

En la matière, les ordonnances du 1er avril, et particulièrement l’ordonnance sur les mesures d’urgence relatives aux instances représentatives du personnel, apportent des réponses à ce questionnement essentielles à la poursuite de notre action. Je vous invite à consulter une présentation claire et précise sur le site cftc.fr, et n’y reviendrai donc pas ici dans le détail.

En revanche, ce qui me semble important ici de souligner, c’est la poursuite de l’action syndicale. En effet, l’ordonnance portant sur les mesures d’urgence relatives aux IRP donne les moyens à nos militants CFTC d’assurer la continuité du dialogue social dans les entreprises en plein milieu d’une crise sanitaire. L’urgence première de nos élus CFTC est de tout mettre en œuvre pour que la reprise du travail se fasse dans les meilleures conditions, sans aucun risque pour les salariés. Maintenons le dialogue social dans l’entreprise en nous appuyant sur les technologies modernes de communication (visio, consultation…) qui protègent nos élus tout en leur permettant de négocier avec la direction et de communiquer avec les salariés. Dans cette crise, les élus CFTC constituent la première ligne pour défendre et protéger les salariés et leur assurer la sécurité à l’heure où ils devront reprendre le travail.

Par ailleurs, une autre mesure de cette ordonnance concerne la suspension du processus électoral en cours à compter du 12 mars 2020 et ce jusqu’à 3 mois après la date de cessation de l’état d’urgence sanitaire. Alors je dirai à nos élus : “Profitons de ce temps pour faire campagne, montrer que le dialogue social de la CFTC est suivi d’effets dans les entreprises et reconnu par les salariés” ! Si le travail de nos élus est efficace et constructif, alors à l’heure de la reprise du processus électoral, la CFTC sera reconnue et cela se traduira dans les urnes. Une fois encore, nous voyons que l’activité syndicale “ne connaît pas la crise” (comme le dit la chanson). La préparation de la suite se fait dès à présent ; bon courage à toutes et à tous !