Dunlop, quand le dialogue social tient la route

Dunlop, quand le dialogue social tient la route

Partager

Mardi 18 septembre 2018
Accord d'entreprise

Les salariés de l’usine de pneus Dunlop, à Amiens, voient leur temps de travail réorganisé.

La CFTC, majoritaire, a en effet signé durant l’été un accord en ce sens, plébiscité par le personnel. La récompense de plusieurs années de dialogue, de compromis et de sacrifices de la part des salariés.

Un temps de travail hebdomadaire raccourci pour un salaire équivalent : à la suite de négociations constructives et de la consultation du CHSCT le 13 juillet 2018, la CFTC a décidé de signer l’accord du passage des 4 x 8 aux 5 x 8.

Les 5 x 8, c’est quoi ?

Dans ce type d’organisation, cinq équipes tournent toutes les 8 heures dans l’usine, assurant une rotation de 24 heures. Avant l’accord, les salariés de Dunlop Amiens travaillaient deux jours le matin, deux jours l’après-midi et deux jours de nuit. S’ensuivaient deux jours de repos. Dès le 1er janvier 2019, avec cette réorganisation, ils auront droit à quatre jours de repos consécutifs. Ainsi, ce ne sont pas moins de 18 congés supplémentaires par an obtenus par les salariés grâce à l’accord. Leur temps de travail hebdomadaire est également raccourci, passant de 35 à 32,60 heures, tout enconservant le même salaire.

Aujourd’hui, le site fabrique un peu plus de 4 millions de pneus par an et vise une augmentation de sa production pour atteindre les 4,6 millions l’an prochain. Pour ce faire, l’usine doit fonctionner 356 jours par an et non plus 296. Plus de productivité et plus de qualité de vie au travail, une équation rendue tenable par la promesse de la direction d’embauchercinquante personnes supplémentaires auminimum.

Le dialogue, un choix responsable

Cet accord vient valider près de dix ans de stratégie syndicale basée sur le dialogue entre la direction et la CFTC. Thierry Recoupé, secrétaire du comité d’entreprise, ne cache pas sa satisfaction. L’assouplissement de l’organisation du temps de travail, les promesses d’embauches n’ont été possibles que, parce qu’il y a neuf ans, dans un climat parfois hostile, la CFTC avait choisi la négociation à l’affront.
« En 2014, quand, en face, l’usine Goodyear a fermé, on ne donnait pas cher de notre peau, explique-t-il (lire l’encadré). Mais, aujourd’hui, je peux dire qu’on a fait les bons choix. Et on en est fiers ! Ceux qui faisaient les 4 x 8 souhaitaient avoir plus de repos. C’est chose faite. Il a fallu passer par les 4 x 8 pour en arriver là. La direction nous a ouvert la porte. Nous avons saisi l’opportunité. C’est un juste retour des choses pour ceux qui en ont bavé pendant neuf ans. » En outre, en permettant d’augmenter la productivité, cet accord a aussi le mérite de consolider la pérennité de l’usine et de ses emplois. Un bilan positif obtenu grâce au sérieux et aux efforts des salariés et au sens de la responsabilité de la CFTC.

Paul Mercier

 

Crédit photographique : wikimédia commons