Journée Nationale des Aidants

Journée Nationale des Aidants

Partager
Vendredi 6 octobre 2017

Journée Nationale des Aidants

En ce 6 octobre nous célébrons la Journée Nationale des Aidants. Une journée qui se tient depuis huit ans et dont l’objet est de sensibiliser le grand public et les autorités sur la question des personnes s’occupant d’un proche. Une question qui nous concerne tous et qui pourtant n’émerge que récemment dans le débat public.

Précédemment on s’intéressait exclusivement à la personne « aidée » (politique de handicap ou du vieillissement), aujourd’hui la question des aidants est vraiment centrale. Peuvent-ils mener de front vie sociale, familiale et professionnelle tout en remplissant leur devoir ? Les pouvoirs publics doivent poursuivre leurs efforts pour le leur permettre.

Vers une reconnaissance des Aidants

D’une façon générale, la parentalité (dans une vision élargie dans le cas de la perte d’autonomie) et la conciliation des temps de vie prennent une place grandissante dans les préoccupations des salariés et des ressources humaines.  Toutefois l’observatoire sur la responsabilité sociétale des entreprises affirmait en 2016 que les accords collectifs dédiés aux aidants restent atypiques. La question est souvent abordée lors des négociations  sur l’égalité professionnelle, sur la qualité de vie au travail ou s’incarne dans le don de RTT, très circonscrit.

Aujourd’hui l’obligation de négocier annuellement sur l’égalité professionnelle prévoit également la négociation sur « l’articulation entre la vie professionnelle et les responsabilités familiales ».

La CFTC, qui a toujours été engagée sur les questions familiales et pour qui la conciliation des temps est un sujet historique, se réjouit que les entreprises, les acteurs sociaux et les territoires accordent enfin à ce sujet l’importance qu’il mérite notamment par des actions comme le « prix entreprises et salariés aidants ». Pour Pascale Coton, représentant la CFTC lors de cette remise de prix, les « responsabilités familiales doivent être appréhendées de façon globale et réaliste : elles ne peuvent plus se limiter aux problèmes de gardes d’enfants et … ne doivent pas reposer uniquement sur les épaules des femmes ! »

Car  il s’agit d’un débat à la fois public, social, économique et écologique qui touche à la vie quotidienne de la personne humaine. Intégrée au projet du Statut du travailleur porté par la CFTC depuis 1999, cette question constitue en permanence une priorité notre syndicat.  

De la nécessité d’aider les aidants dans leur parcours professionnel

Faciliter le maintien en emploi des aidants, pour éviter les ruptures de parcours professionnels, et favoriser la conciliation vie professionnelle/vie d’aidant sont indispensables. Cet objectif est encore plus important pour les femmes, qui constituent la majorité des aidants, et qui ont plus facilement tendance à s’éloigner du marché du travail en raison du soin qu’elles apportent à un membre de leur famille (enfant, conjoint, parent).

Or plus l’interruption de travail est longue, plus il est difficile de se réinsérer professionnellement. Le congé de soutien familial a été réformé pour devenir le congé proche aidant mais la CFTC estime que le dispositif n’est pas encore assez attractif. Nous souhaitons que tous les aidants puissent bénéficier de droits en matière d’aménagement du temps de travail, et accéder facilement à des congés adaptés, indemnisés et flexibles.

C’est pourquoi la CFTC soutient la proposition de loi Guillet sur la création d’un congé proche malade sur le modèle du congé enfant malade. Pour la CFTC, la conciliation vie professionnelle/vie personnelle doit aller bien au-delà car la conciliation des temps de vie ne pourra se faire sans les entreprises, sans un dialogue social constructif au service des travailleurs et sans une impulsion des pouvoirs publics.

En effet, pour que la conciliation des temps de vie devienne une réalité pour tous les salariés, pour que les responsabilités familiales et sociales qui pèsent sur les aidants familiaux et proches aidants soient enfin reconnues à leur juste valeur, cela exige une véritable harmonisation entre les différentes politiques (emploi, cadre de vie, politique du transport, du logement, de l’éducation et des rythmes scolaires.)

Cela exige également que soit mis fin à la complexité et la pluralité de situations actuelles qui diffèrent selon que la personne aidée est une personne âgée dépendante, un enfant ou un adulte, en situation de handicap, souffrant de maladie chronique ou en fin de vie.

Parce qu’il est urgent et vital que tous les acteurs de l’entreprise mais aussi les pouvoirs publics prennent la mesure du travail accompli par les aidants familiaux, parce que la possibilité de concilier sa vie professionnelle et ses responsabilités familiales doit enfin devenir un droit effectif pour tous les salariés, la CFTC continuera de défendre l’amélioration des droits des aidants.