« Toutes les mutations annoncées pour l’an 2000 se produisent aujourd’hui », Philippe Louis

« Toutes les mutations annoncées pour l’an 2000 se produisent aujourd’hui », Philippe Louis

Partager

Vendredi 14 octobre 2016

Vive le Social 3.0 !, trois questions à Philippe Louis

Philippe Louis, président confédéral, publie en cette rentrée un essai majeur dans la réflexion sociale contemporaine. À la fois témoignage d’un parcours de vie atypique et analyse des mutations en cours, ce livre tente, comme son nom l’indique, de poser les bases d’un nouveau contrat social en phase avec notre société.

L'interview

LVAD : Vous confiez, en conclusion de votre ouvrage, n’avoir jamais pensé écrire un livre auparavant. Quelle est la raison qui vous a finalement convaincu de prendre la plume ?

Philippe Louis : Vulgariser la motion d’orientation1 a été mon objectif premier ! C’est un document résolument moderne, volontaire et porteur d’espoir ; il était impératif à ce titre qu’il soit accessible au plus grand nombre, car il s’inscrit au cœur des débats contemporains. La motion est directement inspirée de la réflexion qu’a menée la CFTC au fil de son histoire ; elle est l’héritière du « Statut du travailleur ». Ce sont ces valeurs CFTC qu’il s’agissait d’externaliser, au même titre que son projet.

LVAD : Cheminot, chef d’entreprise, moniteur d’auto-école, en plus de votre militantisme… Votre parcours est loin d’être linéaire ! Il semble que ce soit le schéma qui se profile pour nombre de travailleurs. Pensez-vous qu’il leur sera possible à eux aussi de prétendre à l’épanouissement ? Faut-il qu’ils soient davantage armés que vous ne l’étiez alors ?

Philippe Louis : Attention à ne pas faire de généralisation. Il est très important que les personnes qui n’ont pas envie de ce type de parcours fractionné et qui souhaitent progresser dans la même entreprise puissent le faire ! En revanche, il y a ceux qui se sentent à l’étroit là où ils sont, car leur place ne correspond pas à leurs attentes ou, pire, ils n’en trouvent simplement pas ! Auparavant, le plein emploi nous sécurisait ; or, aujourd’hui, il s’agit de sécuriser les parcours, pour que les périodes de transition ne se transforment pas en périodes d’exclusion, que la précarité se mue en opportunité. Si l’on parvient à sécuriser les personnes qui souhaitent changer d’emploi mais qui n’osent pas, et celles qui veulent se livrer à d’autres activités, on arriverait à libérer des postes et fluidifier un marché du travail sclérosé. C’est la raison pour laquelle il faut détacher les droits du contrat de travail pour les rattacher à la personne (protection sociale, santé, formation…), et ce, tout au long de la vie, sans discontinuité. Les transitions seront ainsi facilitées – actuellement, les personnes perdent leurs droits en perdant leur contrat !

LVAD : Les mutations liées à la robotisation et au numérique sont toujours appréhendées avec une certaine angoisse. Votre livre rompt avec ce climat anxiogène ambiant et vise à affronter nos peurs collectives…

Philippe Louis : Nous changeons de siècle ! Toutes les mutations annoncées pour l’an 2000 se produisent aujourd’hui. Le numérique remettra en cause la nature des emplois ; il en fera disparaître, mais il va aussi en ouvrir d’autres, parfois plus intéressants, salariés… ou pas ! Treize millions de personnes travaillent déjà de manière indépendante2… Si nous parvenons à anticiper ces changements, nous pourrons profiter de ce monde en train de s’ouvrir ! Certains droits, protecteurs hier, sont devenus de véritables carcans, car les attentes des salariés ont évolué – je pense notamment aux salariés des start-up. S’arc-bouter contre les changements n’est pas donner de la liberté aux gens ! La liberté naît de l’écoute des personnes et de la levée des carcans.  

  1. La motion d’orientation intitulée « Dans un monde en bouleversement, construisons un nouveau contrat social » a été adoptée par le dernier Congrès confédéral de novembre 2015, à Vichy. Elle est téléchargeable sur le site http://congres-confederal.cftc.fr/congres-2015.
  2. Les Échos Entrepreneurs, 11 octobre 2016.