« Une centaine de salariés ont exercé leur droit de retrait », Radouane, cariste chez Amazon et militant CFTC

« Une centaine de salariés ont exercé leur droit de retrait », Radouane, cariste chez Amazon et militant CFTC

Partager

Lundi 23 mars 2020
Notre drôle de vie

Radouane Mokaouim est cariste chez Amazon à Saran (45). Il est élu CFTC au CSE.

Y a-t-il une crise chez Amazon, comme on peut l’entendre dans les médias ?
Oui, on peut même parler de psychose ! Nous avons peur d’aller travailler. À tel point qu’une centaine de salariés ont exercé leur droit de retrait et sont rentrés chez eux, ils ne reçoivent plus de salaire… Le CSE a rédigé un mail à la direction pour qu’elle ferme temporairement le site. Malgré une grève éclair de 4 à 5 heures des salariés, la direction a opposé un refus catégorique à notre proposition et a annoncé qu’elle traduirait en justice les salariés « en retrait ».

Ces peurs sont-elles fondées ?
Bien sûr, puisqu’elles sont directement issues de nos conditions de travail ! Il a été prévu d’aménager nos postes, mais c’est loin d’être fini, et nous travaillons pour la plupart à moins d’un mètre de distance les uns des autres. Certains ont commencé à venir avec des masques, mais la direction leur a demandé de les retirer, jugeant cela « anxiogène ». Les RH ont décidé de scinder les salariés en deux équipes pour la pause. Bonne idée… sauf que cela fait toujours à peu près 600 personnes réunies au même moment ! Le gel hydro-alcoolique est en cours de réapprovisionnement, mais a fait défaut un certain temps… Ajoutez à cela la venue du Samu à deux reprises, sans information à l’égard des salariés, il n’en faut pas davantage pour ressentir une profonde insécurité.

Quelles actions envisagez-vous ? Avec quelles attentes ?
Vous savez, la situation est la même sur tous les sites d’Amazon en France*. C’est pourquoi j’ai contacté leurs représentants CFTC. Nous avons échangé et décidé de faire appel à l’inspection du travail de notre région respective. Ici, nous avons rencontré l’inspecteur la semaine dernière. Il nous a un peu rassurés sur le recours au droit de retrait…
Nous avons envisagé une action nationale, une grève, mais… Il faut bien comprendre que nous faisons face à un rare afflux de commandes, puisque les magasins sont fermés. Or, sur les 2 500 salariés habituels, 600 sont rentrés chez eux pour assurer la garde de leurs enfants… La direction est en train de faire appel à des intérimaires… Quelle chance avons-nous de nous faire entendre ?

 

*La France compte 6 sites de distribution : celui de Saran, près d’Orléans, mais aussi ceux de Montélimar (Drôme), Lauwin-Planque (Nord), Sevrey (Saône-et-Loire), Boves (Somme) et Brétigny-sur-Orge (Essonne).

Crédit photo : Caroline Pépin