Canicule : fait-il trop chaud pour travailler ?

Canicule : fait-il trop chaud pour travailler ?

Partager

Lundi 24 juin 2019
Santé au travail

Quelques conseils si vous travaillez lors de fortes chaleurs

Au bureau, les climatiseurs tournent à plein régime, le niveau des fontaines à eau descend à vue d’oeil et pour une fois, tous les employés sont d’accord : il fait chaud, très chaud, peut être même trop chaud pour travailler ! A tel point que les salariés pourraient se tourner vers les représentants du personnel. Pas de panique voici quelques conseils.

Ce que dit la Loi

Aucune indication de température maximale n’est donnée dans le Code du travail. En revanche, l’INRS rappelle que le travail par fortes chaleurs et notamment au-dessus de 33°, présente des dangers pour la santé. La CNAM, va même plus loin et recommande l’évacuation des locaux, en cas de défaut prolongé de ventilation et si la température dépasse 34°.

Mais, les employeurs sont soumis à quelques obligations. Ils doivent prendre « les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale » de leurs salariés (article L. 4121-1 du Code du travail).

Concrètement, ils sont tenus d’ « éviter les élévations exagérées de température » dans les bureaux. En extérieur, ils doivent protéger leurs salariés « contre les conditions atmosphériques » en mettant à disposition un local de repos climatisé par exemple. Certains travailleurs, comme les ouvriers du bâtiment, doivent recevoir de l’eau en quantité suffisante, au moins 3 litres d’eau par jour et par travailleur.

A défaut de préconisations claires, les employeurs sont appelés à adapter les mesures à mettre en œuvre selon leur activité, en aménageant leur organisation du travail et en faisant de la prévention. 
Ils doivent notamment informer les salariés et rappeler les bonnes pratiques à savoir, boire régulièrement, adopter une tenue légère…
Pour les travailleurs en plein air, des mesures appropriées existent : des pauses plus régulières, des horaires de travail décalés…

Avant la canicule, savoir anticiper

Lorsque l’on parle de préparation il faut penser prévention. Votre employeur est tenu de prendre les mesures particulières pour anticiper les risques liés à l’exposition des salariés aux fortes chaleurs. Concrètement, il doit :

  • prendre en compte le risque lié aux températures extrêmes dans le document unique d’évaluation des risque (DUER pour les intimes),
  • vérifier la ventilation des locaux, aménager les postes extérieur (mettre en place des zones d’ombre),
  • fournir de l’eau potable à ses salariés,
  • surveiller la température ambiante.

Le haut conseil de la santé publique recommande d’informer tous les salariés des moyens de préventions, risques et symptômes des coups de chaleur.

Pendant la canicule, savoir alerter

Si malgré tout le mercure monte encore, il vous reste le droit d’alerte et de retrait pour danger grave et imminent.

Si l’employeur n’a pas tout fait pour protéger les salariés des fortes chaleurs et qu’il ne tient pas compte des alertes des salariés et/ou du CSE, il est possible de signaler ce manquement à l’inspection du travail.

Durant la canicule de 2017, Santé publique France a ainsi recensé 73 signalements d’événements sanitaires potentiellement en lien avec la chaleur exterieur. 10 décès ont été signalés sur le lieu de travail. Dans 9 cas sur 10, ils concernaient des hommes travaillant en extérieur. Pour limiter un maximum les risques, quelques conseils simple à mettre en oeuvre.

  • Buvez beaucoup d’eau : lors de fortes chaleurs, le corps a tendance à se déshydrater.
  • Surveillez les coups de chaud : restez vigilant auprès de vos collègues notamment les plus fragiles.
  • Adaptez vos horaires de travail. Si l’activité le permet, préférez travailler lors des périodes fraîches.
  • Portez des vêtement léger : et favorisez les matières douces comme le lin ou le coton.
  • Ventilez-vous : brumisateur, petit tour au lavabo afin de faire baisser la température du corps et la tension.

 

 

Crédit photographique : fotolia