Apprentissage : apprendre en travaillant, du CAP au bac + 5

Apprentissage : apprendre en travaillant, du CAP au bac + 5

Partager
Mercredi 15 février 2017

S'insérer sur le marché du travail tout en suivant une formation

Le contrat d’apprentissage permet de s’insérer sur le marché du travail tout en suivant une formation, et d’acquérir une relative autonomie financière. Normalement réservé aux 16-25 ans, sept régions peuvent désormais le proposer jusqu’à 30 ans.

Vous souhaitez apprendre un métier, vous réorientez dans votre cursus, acquérir une nouvelle qualification, ou vous avez des enfants qui cherchent leur voie : le contrat d’apprentissage est peut-être la solution. Surtout si vous habitez l’une des sept régions autorisées, depuis le 1er janvier 2017, à repousser l’âge limite de 25 à 30 ans1.

Obtenir un vrai diplôme

L’apprentissage n’est pas réservé aux métiers manuels. Il vous permet d’obtenir un diplôme d’Etat : CAP, bac professionnel, brevet professionnel ou mention complémentaire, mais aussi BTS, DUT, licence professionnelle, master professionnel, diplôme d’ingénieur ou d’école supérieure de commerce ! Ou encore un titre professionnel enregistré au RNCP2. Comptez généralement deux à trois ans de formation (quatre ans pour les travailleurs handicapés).

Qui peut devenir apprenti ? Les jeunes qui ont entre 16 et 25 ans révolus ; les jeunes de plus de 25 ans déjà diplômés, créant leur entreprise ou reconnus travailleurs handicapés, et les jeunes de 15 ans révolus arrivés en fin de 3ème.

Etre salarié avant même d’être diplômé

Le principe de l’apprentissage est l’alternance entre périodes de formation (au minimum 400 heures par an) et périodes de travail en entreprise, encadrées par un maître d’apprentissage.

Quand vous êtes apprenti, vous êtes salarié ! Vous travaillez donc 35 heures par semaine en moyenne et vous avez droit à cinq semaines de vacances par an. Et si vous ne trouvez pas d’emploi juste après votre apprentissage, vous aurez droit à des indemnités chômage. Mais surtout, vous percevez un salaire ! En fonction de votre âge et de « l’ancienneté » de votre contrat, vous pourrez gagner entre 25 % et 78 % du Smic3. De plus, l’entreprise prend en charge une partie de vos repas et vous rembourse la moitié de votre abonnement aux transports publics.

Et ce n’est pas tout ! En tant qu’apprenti, vous bénéficiez aussi d’aides publiques : carte d’étudiant des métiers, logement universitaire, APL4 , Loca-pass®5, et aides diverses du Conseil régional et du Conseil départemental.

Par où commencer ?

1ère étape : trouver un employeur (entreprise, association, profession libérale ou fonction publique). C’est l’étape la plus difficile, en cette période de crise. Le Portail de l’Alternance6 publie des offres d’emploi. Prospectez, renseignez-vous sur les entreprises que vous allez contacter, et envoyez CV et lettres de motivation. Vous pouvez aussi commencer par contacter un organisme de formation, en espérant qu’il vous fasse profiter de son réseau. Une fois que vous êtes recruté(e), c’est à l’employeur de vous y inscrire.
2e étape : trouver un organisme de formation (CFA, IUT, université, école d’ingénieur ou de commerce, etc.) proposant le diplôme qui vous intéresse. Là aussi le Portail de l’Alternance peut vous aider. Attention ! L’admission est sélective : préparez-vous à passer tests et entretiens, et éventuellement à fournir un dossier scolaire.
3e étape : entamez toutes les démarches pour profiter des aides auxquelles vous avez droit.

 

Laurent Barberon

Chiffres clés
  • 47 % de filles parmi les apprentis de niveau bac + 3 et bac + 4.
  • 34 % des apprentis préparaient un diplôme de l’enseignement supérieur en 2015.
  • 1 élève sur 5 d’école d’ingénieur ou de commerce a terminé son cursus par un contrat d’apprentissage en 2010.
  • 100 € de plus par mois : c’est ce que gagnaient les titulaires d’un CAP ou d’un BEP obtenu en apprentissage trois ans plus tôt, par rapport à ceux de la voie scolaire, en 2013.
  • 26 % des titulaires d’un CAP obtenu en 2010 étaient au chômage trois ans après, contre 35 % de leurs homologues de la voie scolaire.

Notes

1. Bretagne, Bourgogne-Franche-Comté, Centre-Val de Loire, Grand Est, Hauts-de-France, Nouvelle-Aquitaine et Pays de la Loire.

2. Répertoire national des certifications professionnelles.

3. Début 2017, le Smic est fixé à 1 480,27 € brut par mois.

4. Allocation personnalisée au logement, versée par la Caisse d’allocations familiales : www.caf.fr

5. Aide au logement proposée par Action Logement : www.astria.com/loca-pass/

6. www.alternance.emploi.gouv.fr