2013-02-22
Allocation de rentrée scolaire.

Allocation de rentrée scolaire

11 juin 2012
Une revalorisation exceptionnelle pour la rentrée 2012

L'allocation de rentrée scolaire (ARS) sera, cette année, revalorisée de 25% (!) fin août. Une revalorisation exceptionnelle, comparativement à l’an dernier (+1,5%), promise par le candidat-Président Hollande.

Ce coup de pouce sera, sans nul doute, apprécié par les familles aux revenus modestes qui bénéficient de cette allocation, sous conditions de ressources. Cela va représenter pour ces familles de 70 à 80 euros (par enfant) de plus qu’en 2011. De quoi mieux aider près de 3 millions de familles à couvrir les dépenses liées à la rentrée de leurs enfants, comme l’achat de cartables ou de fournitures, mais aussi les frais de cantine.
 
Coût de la mesure : environ 370 millions d'euros, qui seraient financés par un abaissement du plafond du crédit d'impôt lié au quotient familial – ce qui toucherait les ménages les plus aisés (moins de 5% des foyers fiscaux seraient concernés).
 
L’ARS sera versée par les caisses d’allocations familiales (CAF), cette année, le 20 août. Le montant de l’ARS variera, pour la rentrée 2012, entre 356,20 euros et 388,87 euros. Dans le détail, elle passera à 356,20 euros pour les enfants de 6-10 ans, à 375,85 euros pour les 11-14 ans et 388,87 euros pour les 15 à 18 ans.
 
Rappelons que l’ARS est attribuée en fonction de l’âge de l’enfant, éligible dès 6 ans et jusqu’à 18 ans, à condition qu’il soit scolarisé. Elle continue à être débloquée automatiquement pour les enfants de moins de 16 ans ayant déjà bénéficié de l’aide l’an passé, sur présentation d’un justificatif de scolarité ou d’apprentissage pour les 16-18 ans. Au total, près de 5 millions d’enfants, soit plus d’un enfant scolarisé sur trois, ont bénéficié de cette aide l’an dernier.
 
C’est dit

« Cette revalorisation, à la veille de la rentrée scolaire, est une bouffée d'oxygène pour les familles confrontées, en cette période de crise, à des difficultés d'emploi, de logement, et inquiètes pour l'avenir de leurs adolescents. D’autant que les prestations familiales n’avaient été revalorisées que de 1% et avec un différé de quatre mois (1er avril au lieu du 1er janvier). Il devient plus que nécessaire de mieux adapter le coût du "cartable" aux frais réellement supportés par les parents et notamment pour les études en lycée professionnel ou technologique »
Jean-Louis Deroussen, vice-président confédéral et président CFTC de la Cnaf

 
Retour à la liste .