2013-10-14
Rapport Larcher.

Rapport Larcher

23 avril 2012
Risqué pour la formation des salariés
En à peine deux mois, Gérard Larcher, ancien ministre du Travail, a concocté vingt-six propositions pour une énième réforme de la formation professionnelle – la précédente ayant à peine plus de deux ans.
 
La première des vingt-six pistes de réforme concerne la suppression de l’obligation faite aux entreprises (de plus de 10 salariés) de financer le plan de formation, à hauteur de 0,9% de leur masse salariale. Ce qui ne peut que satisfaire le Medef. Mais pas la CFTC : “Cette obligation des entreprises est la garantie de formation des salariéspointe Jean-Pierre Therry, secrétaire confédéral en charge de la formation professionnelle. Qu’il faille former les demandeurs d’emploi, soit, mais “Faisons très attention à ce que les actifs – surtout les salariés des TPE/PME – soient formés correctement. On risque, en effet, d’arriver à un résultat inverse : que les salariés des PME se retrouvent "sous formés" sur le marché du travail”.
 
Le rapport préconise aussi un pacte réussite professionnelle (PRP) pour former les jeunes sans qualification, un contrat formation-emploi pour les chômeurs et un droit personnel à la formation fusionnant le congé individuel de formation (CIF) et le droit individuel à la formation (DIF).
 
La CFTC est opposée à cette fusion, ce dernier dispositif n’ayant même pas encore été évalué. Mais pour trois contrats, la CFTC propose depuis vingt ans le chèque formation, inversement proportionnel à la durée de la formation initiale ! Gérard Larcher prône, enfin, une démarche territorialisée pour l’insertion des demandeurs d’emploi. Bonne idée. Mais la CFTC craint que la proposition de fédérer plusieurs instances régionales de concertation en un Comité national n’écarte les syndicats de ces enjeux. “Ce qui nous inquiète, c’est que l’argent de la formation professionnelle soit récupéré, sans que les partenaires sociaux soient impliqués politiquement”.
Retour à la liste .